Nord-Kivu : L’opposition exige la définition du rôle de Joseph Kabila après le 31 décembre 2016

Publié le: 13/11/2017 à 14h57min03s

Par Radio Moto Butembo-Beni

Il s’agit de la coalition des partis politiques de l’opposition, dont le RCD-KML de MBUSA NYAMWISI. Ces partis politiques appellent à redéfinir le rôle du Président Joseph Kabila après le 31 decembre2017. Leur position est interprétée dans la classe politique comme une demande tacite d’un troisième dialogue, quelques jours après la publication par la CENI d’un calendrier électoral.

Ladite demande est à retenir dans les propos de NGULUMIRA AMINI du  RCD KML et point focal adjoint de la coalition des partis de l’opposition au Nord-Kivu.

« On n’est plus d’accord avec eux quant à la tenue d’un dialogue tel que les autres avaient été organisés… Avant le 31 décembre, on doit avoir défini le rôle que le Président de la République aura à jouer après cette date. S’il faut faire la haute politique, s’il faut rester dans la logique scientifique, le représentant du secrétaire général de Nations Unies et la CENCO doivent réunir les signataires de l’accord. Car s’il faut s’en tenir à l’accord, s’il faut s’en tenir à la volonté du peuple, nous pensons que le président a déjà démontré toutes ses limites. On ne peut pas aller aux élections avec lui… », a expliqué NGULUMIRA AMINI.

Pour la majorité présidentielle, cette réflexion révèle au grand jour que l’opposition n’a pas besoin d’aller aux élections, seule voix capable d’amener au pouvoir. Kennedy MBUYI président fédéral du mouvement des réformateurs libéraux MRL, l’a dit au micro de Jonas KIRIKO :

« Nous avons compris que seul le dialogue peut tout résoudre en ce qui concerne les conflits politiques dans un pays. Nous savons que l’accord du 31 décembre a laissé une brèche selon laquelle la CENI, le Gouvernement et le CNSA vont réunir en cas d’empêchement de la tenue des élections. Nous pensons que le dialogue est là, il doit se faire. On ne pourra définir la ligne de conduite que dans un dialogue. Indirectement, ils demandent un dialogue »

Notez que dans sa réaction après la publication par la CENI du calendrier électoral, qu’elle salue d’ailleurs, l’Union Européenne a appelé les parties prenantes au dialogue permanent à faire respecter ce chronogramme de la centrale électorale.


Publié le: 13/11/2017 à 14h57min03s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur