Butembo : Ce sont de simples voleurs qui ont été condamnés et non les « kasukuistes », selon la Société civile

Publié le: 07/12/2017 à 12h05min42s

Par Radio Moto Butembo-Beni

Cette réaction intervient deux jours après la condamnation de certains opérants nocturnes dit Kasukwistes par le TGI Butembo, la Coordination de la Société Civile de cette ville en donne sa réaction. Dans une déclaration dénommée  « Réaction de la coordination urbaine de la société civile de Butembo face aux procès des Kasukwistes », les forces vives disent avoir suivi avec attention « le fameux procès » parti du 29 Novembre au 4 décembre 2017.

A son issue,  de 11 jugements prononcés, il y a eu des condamnés mais aussi des acquittés. Mais la société civile fait observer que la cour n’a pas été en mesure d’entrer en profondeur des dossiers en vue de démanteler le réseau des criminels Kasukwistes ainsi que leurs collaborateurs. La cour n’a pas non plus été capable de discerner l’identité, l’origine et la chaîne d’approvisionnement des malfaiteurs en uniformes, en armes et/ou en engins avec lesquels ces bandits opéraient, mentionne la déclaration.

Une autre analyse des forces vives de Butembo, c’est que les peines infligées ont été dérisoires au regard de l’ampleur des crimes commis et des préjudices causés aux victimes. Alors que le procès était encore en cours, le nombre des victimes des opérations kasuku ne cessaient de prendre de l’ascenseur, mais aucun dispositif de sécurité ne garantit encore jusqu’à présent une probable éradication du phénomène, dénoncent-elles. Face à ces observations, la coordination urbaine de la société civile forces vives de Butembo exprime sa désolation et sa non-satisfaction à ce jugement.

Elle estime que le tribunal a juste condamné les voleurs simples et que le jugement des opérants nocturnes avec armes et effets policières et/ou militaires interviendra probablement plus tard. Sinon, examine-t-elle, ce jugement pourrait être simplement qualifié de pur semblant de justice. La structure citoyenne présume que ce procès organisés à la hâte aurait visiblement pour seul objectif « de chercher à tout prix à montrer la bonne foi des autorités et laver leur image alors qu’elles n’ont pas été capables de sécuriser ceux qu’elles sont censés protéger. A cet effet, la coordination urbaine de la société civile forces vives de Butembo invite ses organisations membres et la population à maintenir sa résistance contre le phénomène Kasuku. Nous y reviendrons avec d’autres détails dans nos prochaines éditions.


Publié le: 07/12/2017 à 12h05min42s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur