« Les nouvelles autorités de Butembo devraient éviter de s’entourer des démagogues et flatteurs », conseille la société civile

« Les nouvelles autorités de Butembo devraient éviter de s’entourer des démagogues et flatteurs », conseille la société civile

Publié le: 07/02/2018 à 15h38min09s

Par Radio Moto Butembo-Beni

Ce point de vue a été exprimé au cours du point de presse du lundi 05 février au bureau de cette structure citoyenne. Elle suggère que c’est bénéfique aux nouveaux dirigeants de la ville d’éviter de se faire entourer par des conseillers de mauvais langage, des démagogues et flatteurs. Le vice-président de la société civile a noté que le maire sortant a mal géré certaines situations parce ses conseillers ne l’ont pas aidé de voir la réalité sur le terrain.

Edgar MATESO conseille MBUSA KANYAMANDA Sylvain et KAMBALE TSIKO Patrick à se choisir des conseillers et porte-parole plus sages pour bien répondre aux desiderata de la population. Il les appelle aussi à la consultation régulière des toutes les couches de la population au lieu de s’enfermer dans leur bureau en longueur des journées.

“Pour qu’ils réussissent, il ne faudrait pas qu’ils se fient seulement sur leur appartenance politique, répondre aux questions que personne d’autre, à part le président, n’a le droit de mettre fin à leur règne. Ils ne vont aider personne s’ils y vont comme ça. Il fait qu’ils sachent que devant eux il y a la population. Au milieu d’eux, les membres de leurs partis politiques, et à côté, les opposants de leurs partis. Qu’ils ne s’entourent pas d’un groupe de gens bons à rien. Qu’ils s’entourent des jeunes, des vieux qui soient utiles », a-t-il conseillé les nouvelles autorités de Butembo.

Le vice-président de la société civile a affirmé que l’absence du président de sa structure s’explique par le climat de l’insécurité. Le professeur MALONGA et d’autres membres ont failli perdre leur vie. Edgar MATESO réagissait ainsi à la position d’un agent du cabinet de l’ancien maire qui aurait déclaré que les membres de la Société Civile de Butembo sont en quête d’un asile en dehors du pays.

“C’est une sorte de moquerie quand ils disent que nous cherchons à nous forger un asile. Ou alors c’est de l’ignorance. Comme aujourd’hui, tout le monde saint que Monsieur l’Abbé Malonga a étudié en Europe et y enseigne aujourd’hui. C’est-à-dire qu’il y va quand il veut. Vous croyez que c’est aujourd’hui qu’il va solliciter d’y aller alors que lui a l’habitude d’y être ? Comme Maitre Kathy qui a l’habitude d’aller partout où elle veut. C’est dire que nous pouvons aller partout où nous voulons sans problème », a signifié Edgar Mateso.

Le vice-président a réitéré la volonté de la société civile d’aider les nouveaux dirigeants de la ville à bien scruter ce que la population attend d’eux.


Publié le: 07/02/2018 à 15h38min09s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur