Prière pour la paix en RDC et au Soudan : « Les fidèles de Butembo-Beni devont accueillir cette invitation avec reconnaissance », écrit Mgr SIKULI Melchisédech

Publié le: 12/02/2018 à 16h07min57s

Par Radio Moto Butembo-Beni

Cette position est contenue dans un communiqué signé le 11 février 2018 par Monseigneur SIKULI PALUKU Melchisédech. Ce document a été lu par l’abbé chancelier au terme de la messe d’ordination diaconale et sacerdotale à la Paroisse de KITATUMBA. Le Souverain pontife demande aux peuples du monde entier de prier pour la paix en RDC et au Soudan du Sud le 23 février prochain.

L’Evêque du diocèse de Butembo-Beni demande à son tour à toute la population de sa juridiction de se l’approprier. L’ordinaire du lieu note que le message du Pape concerne particulièrement le peuple du diocèse de Butembo-Beni meurtri dans tous les coins par différents cas d’insécurité et de conflit.

« Les fidèles de Butembo-Beni devont accueillir cette invitation avec reconnaissance, mais que nous devons y répondre concrètement et généreusement à la mesure de la détresse et de l’incertitude dans lesquelles nous sommes plongés depuis longtemps à cause, notamment de : l’insécurité grandissante et récurrente, la pratique ignoble des enlèvements, les affrontements meurtriers, les actes de vandalisme signalés chaque jour çà et là dans le diocèse. Je pense en particulier aux contrées où les bandes armées prolifèrent et opèrent à loisir, où certaines vont jusqu’à imposer des taxes dans certains milieux », lit-on dans cette annonce.

Au sujet du jeûne recommandé par le Saint Père pour la journée spéciale, Monseigneur SIKULI explique que cela implique non seulement le fait de renoncer à la nourriture mais surtout le choix d’arrêter librement le cours ordinaire sa vie pour écouter ce cri et que chacun dans sa propre conscience, devant Dieu, se demande « Que puis-je faire moi-même pour la paix ? ».

« En effet, comme le précise le Saint père : « certes, nous pouvons prier ; mais pas seulement : chacun peut dire concrètement « non » à la violence quant à ce qui dépend de lui ou d’elle. Parce que les victoires obtenues par la violence sont de fausses victoires; au contraire, travailler pour la paix fait du bien à tous ! » Outre la prière, nous sommes également donc appelés à l’action », lit-on également dans ce document.

Monseigneur SIKULI PALUKU Melchisédech demande à chacun de marquer librement d’un cachet très particulier la journée du 23 février. C’est par exemple, choisir librement de fermer son magasin, sa boutique, son garage, son atelier soit pendant toute la journée soit pendant une partie de la journée ou de s’abstenir de toute activité relative au travail de chacun.      


Publié le: 12/02/2018 à 16h07min57s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur