Message sec des Evêques de Kisangani aux migrants non identifiés : « Ne répandez pas le sang ! »

Publié le: 02/03/2018 à 16h28min51s

Par Radio Moto Butembo-Beni

« Ne répandez pas le sang ! », c’est le titre du message que l’Archevêque et les Evêques de l’Assemblée Episcopale Provinciale de Kisangani, ASSEPKIS, viennent de rendre public. Ils se sont réunis en session ordinaire du 26 février au 1er mars 2018 à Kisangani. Radio Moto Butembo-Beni en a reçu une copie.

Ils déplorent les violences à grande échelle qui se commettent contre des communautés ciblées sur base d’appartenance ethnique en Ituri, avec des  tueries,  des incendies des maisons, des pillages, des destructions des habitations et des déplacements massifs de la population.

 « Ces violences couvrent  la volonté cachée  d’opposer les ethnies les unes contre les autres et semblent destinées à vider ces espaces de leurs habitants pour des intérêts inconnus », pointent les Princes de l’Eglise.

Ils se sont aussi préoccupés de la présence des groupes migrants étrangers armés, tels les Mbororo dans le Haut-Uélé et le Bas-Uélé, des soit disant  « Banyabwisha » en Ituri qui se déplacent avec de grands troupeaux de bêtes, en quête de terres arables ou de pâturage.

« Ces migrants s’installent et leur présence devient une menace  permanente pour la population locale », poursuivent les membres de l’Assemblée Episcopale Provinciale de Kisangani.

Ceux-ci mentionnent que des groupes armés locaux comme les Maï-Maï, les Simba, les éléments FRPI et étrangers comme la LRA et d’autres non autrement identifiés sèment la désolation au milieu  de la population par le vol, le viol, le pillage et la tuerie. Les Evêques disent aussi observer la présence massive des réfugiés centrafricains et sud-soudanais  dans le Haut-Uélé,  le Bas-Uélé et  l’Ituri dont le nombre dépasse  celui des familles d’accueil et des populations locales.

« Dans notre rôle d’éclaireurs des consciences, de guetteurs et de prophètes, nous avons dénoncé avec fermeté l’ambiguïté expressément créée et entretenue autour    de l’identité des migrants et des acteurs de conflits qui ensanglantent notre Province ecclésiastique et jettent en émoi des populations entières dans  certains milieux », rassurent les Princes de l’Eglise.


Publié le: 02/03/2018 à 16h28min51s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur