Butembo : Des célébrations eucharistiques organisées par la DYFEGOU et autres associations féminines ont coloré le 8 mars femme

Publié le: 09/03/2018 à 13h43min27s

Par Radio Moto Butembo-Beni

La Dynamique des Femmes pour la Bonne Gouvernance, DYFEGOU, et d’autres associations féminines, elles ont participé à une célébration eucharistique à la cathédrale de Butembo-Beni. En localité de VISARAVWE, la célébration eucharistique a eu lieu en l’esplanade de la chapelle du secteur VISARAVWE et des enseignements. A Musienene, au terme de la messe, les femmes membres des associations partenaires de la commission diocésaine justice et paix ont entretenu les femmes du programme « Mwanamke, Amani na Usalama ».

Pour ce 08 mars 2018, la Dynamique des Femmes pour la Bonne Gouvernance, DYFEGOU, et d’autres associations féminines, elles ont participé à une célébration eucharistique à la cathédrale de Butembo-Beni. Messe présidée par l’Abbé Richard KAHURUTSI. Dans son homélie, ce serviteur de Dieu a signifié que Dieu a déjà donné plusieurs vertus aux femmes. C’est ainsi qu’il a demandé aux femmes de cultiver la charité mutuelle. L’Abbé Richard KAHURUTSI a aussi exhorté les heureuses du jour à être des artisans de la paix.

« Je sais que vous êtes nombreuses. Alors ce que je veux dire, c’est ceci : c’est possible que vous ne vous aimiez pas. Je sais que si vous vous tenez la main dans la main, on peut avoir un président de la RDC parmi vous.  Dieu a dit de vous des éducatrices. Partout où vos êtes, vous devez être des gens qui recherchent la paix », a-t-il prêché.

Dans son mot, la porte parole de la DYFEGOU a dénoncé des tueries ainsi que d’autres formes d’exactions commises sur la paisible population en Ituri et dans les territoires de Beni et Lubero. Rose TUOMBEANE n’a pas passé sous silence l’arrestation de certaines femmes de la DYFEGOU le mois d’out 2017 à Butembo.

« Il y a des gens qui sont torturés, jetés en prison gratuitement. Et bien, nous avons pensé qu’il faudrait passer cette journée en allant compatir avec les gens qui sont en prison. Parce que là il n’y a pas que des fauteurs, mais il y a aussi des innocents. Il fallait compatir avec ceux-ci en portant aussi en mémoire la souffrance similaire que nos femmes de la DYFEGOU ont traversé lorsqu’elles ont été arrêtés en aout 2017 lorsqu’elles marchaient pour revendiquer la libération des pretres mais aussi l’instauration de la paix dans notre province », a-t-elle indiqué.

Après la messe agrémentée par la chorale MAMA WA NEEMA, les participants sont allés assister les détenus de l’amigo du parquet  de grande instance et ceux de la prison de Kakwangura.

En localité de VISARAVWE, située à 6 Kilomètres à l’Ouest de Musienene-Equateur, la fête pour les droits de la femme a été cachetée par une célébration eucharistique en l’esplanade de la chapelle du secteur VISARAVWE et des enseignements. Concernant la messe, le Père Mineur Emmanuel KATEMBO MUSORO, célébrant, a recommandé aux fidèles, dont la plupart les femmes, à matérialiser les vertus de l’évangile dans leur vie courante. Entre autres, la sagesse.

A l’issue des enseignements, ayant porté sur les thèmes international et national,  les organisateurs de cette journée à VISARAVWE ont conseillé à la femme rurale et urbaine d’être lumière du monde et de défendre les droits humains.

« Ainsi, nous demandons aux femmes de se respecter dans leurs foyers, parce que quand on ne se respecte pas, on ne peut plus être respecté. La femme peut faire ce que l’homme peut faire. Elle peut même faire mieux que l’homme », a-t-elle conseillé. 

Notons que 11 enfants ont reçu le sacrement de baptême au cours de la messe dite à VISARAVWE.

A Musienene, les femmes ont participé à une célébration eucharistique en l’église catholique de IVATAMA. Dans l’assemblée, une poignée d’hommes a accompagné les femmes dans cette activité. Au terme de la messe, les femmes membres des associations partenaires de la commission diocésaine justice et paix ont entretenu les femmes du programme « Mwanamke, Amani na Usalama ». KASWERA KAMBERE, secrétaire de l’Initiative des femmes aux activités de développement, IFAD, a rappelé aux participants qu’il est temps de voir les femmes contribuer à la paix, la sécurité et développement de leurs contrées. Elle a appelé les femmes à manifester leur leadership par des actions concrètes pour la pacification de la RDC.

« Nous devrions faire tout pour nous valoriser, aller de l’avant. Si l’on peut t’accorder une charge de faire ne fut ce qu’un recensement pour les 10 maisons, il faut le faire parce que nous n’attendrons jamais les grandes structures de prise de décision sans commencer par le bas », a-t-elle indiqué. 

Certaines femmes que nous avons interrogées ont félicité les concepteurs du programme impliquant les femmes dans la recherche de la paix et la sécurité. Elles estiment que les enseignements acquis de différentes sensibilisations permettront aux femmes d’apporter leur contribution à la pacification du pays.

La journée du 08 mars a été caractérisée par un culte au temple CBCA Vuranga en localité Musimba. Le défilé a aussi eu lieu de Vuranga à Musimba-centre. Le président de la SOMSAD et président de la société civile de Musimba-Kyambogho affirme que d’autres activités commémoratives se sont déroulées à Vweghera, à Luotu, Kitsuku, à Munoli, Vikindwe et Vusamba. KASEREKA BAYIREKE KISUSU note qu’en tout, les femmes de ces agglomérations ont profité de cette journée pour lancer un message de paix. 

Notons, par ailleurs, que les femmes du service de l’économie à Butembo ont préféré passer cette journée du 08 mars à côté des malades mentaux du CEPIMA sur avenue TALIHYA. Elles leur ont apporté une contribution financière.


Publié le: 09/03/2018 à 13h43min27s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur