De grandes recommandations dans le rapport de la CEM3121

Publié le: 12/03/2018 à 12h54min31s

Par Radio Moto Butembo-Beni

CEM3121, c’est la commission d’enquête mixte sur les violations et atteintes relatives aux droits de l’homme le 31 décembre 2017 et le 21 Janviers 2018. Ce rapport a été rendu public samedi 10 mars au ministère des droits humains. Selon ce rapport, au total 14 personnes sont mortes à Kinshasa, 12 tuées par balles et 2 autres par asphyxie des gaz lacrymogènes. Une soixantaine de blessés a aussi été dénombrés. La commission dénommée CEM3121, présidée par la ministre des droits humains, est composée des délégués des organisations de la société civile, du ministère de la justice, de la commission nationale des droits de l’homme et des observateurs du Bureau Conjoint des Nations Unies aux Droits de l’Homme ainsi que de l’Union Africaine.

Dans ses conclusions, la commission souligne que l’interdiction générale et à durée indéterminée des manifestations publiques est parmi les causes des violations et atteintes aux droits de l’homme constatées. Le déploiement d’un important dispositif militaire et policier ainsi qu’un usage excessif des forces ont violé des instruments juridiques, a déclaré Maitre Georges KAPYAMBA, rapporteur de la commission devant la presse Kinoise.

 « Au Président de la République, de veiller à l’amélioration de la protection et de la promotion des droits de l’homme par les institutions publiques et à la poursuite de la mise en œuvre des mesures de décrispation politique. Au gouvernement, de lever l’interdiction des réunions et manifestations publiques pacifiques d’autant plus que la RDC est à 9 mois de la tenue des élections. Aux FARDC, d’interdire aux unités des FARDC d’intervenir dans les missions de maintien et de rétablissement de l’ordre public ou les manifestations publiques sans réquisition préalable de la PNC », a-t-il affirmé.

Cette source affirme aussi que la commission d’enquête recommande la révision complète du système de commandement et du protocole du déploiement des forces de défense et de sécurité dans les circonstances de manifestations pacifiques. La CEM3121 exhorte, par ailleurs, la libération des personnes détenues arbitrairement à l’ANR et à l’Etat Major des renseignements militaires à la suite de ces deux manifestations. Notons que cette enquête ne concerne pas la marche du 25 Février.


Publié le: 12/03/2018 à 12h54min31s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur