Inquiétante flambée du prix de l’oignon à Butembo

Inquiétante flambée du prix de l’oignon à Butembo

Publié le: 16/04/2018 à 13h20min08s

Par Radio Moto Butembo-Beni

Constat réalisé ce vendredi par les reporters de votre radio lors d’une descente effectuée vers des dépôts de vente de ces produits de première nécessité à Butembo. Alors que le prix d’un kilogramme se négociait à 2 000 Francs congolais au dernier trimestre de l’année passée, actuellement il se vend à 3 800 Francs congolais.

Cette situation influe négativement sur la vie des femmes vendeuses de ces produits. KAHINDO MBAFUMOJA Justine et KATSUVA Sylvie sont deux vendeuses d’oignons rencontrées ce vendredi devant leurs dépôts vides du produit. Elles ont justifié que la période de sécheresse qui s’est observée à MASEREKA, zone de production des oignons, est à la base de cette situation. Ces jours, l’approvisionnement en oignons s’effectue au Rwanda via Goma, ont ajouté nos interlocutrices.

« Nous vendons un kilogramme à 3800 Francs congolais alors qu’un peu avant, on le vendait à 2000 Fc. L’oignon que nous vendons ici nous vient de Goma ou du Rwanda…Les dépôts d’oignon sont vides », explique une vendeuse d’oignon.

Conséquence, des incompréhensions sont fréquentes entre les vendeuses et les clients. De leurs côté, les tenanciers des Cafétérias, premiers consommateurs de ces produits renseignent que cette situation ne leur permet plus de bien servir leurs clients. Madame Noëlla et madame PLAMEDI travaillant respectivement sur rue monseigneur KATALIKO et sur avenue MATOKEO, le déclarent en ces termes.

« L’achat de l’oignon est devenu problématique. On nous parle de l’impraticabilité de la route et de l’insécurité. Nous achetions une bonne quantité d’oignon à 500 Fc, mais aujourd’hui, c’est compliqué », déplore la prénommée PLAMEDI.

Nous avons voulus savoir si l’insuffisance de l’oignon ne peut pas causer des problèmes dans l’organisme, PALUKU SAIBA nutritionniste et enseignant à l’ITAV Butembo, a indiqué que l’absence de ce légume n’a pas assez de conséquences négatives sur la santé. Toutefois, il invite les habitants à consommer plus les légumes pouvant combler le manque de l’oignon dans le corps humain.

“Dans l’oignon, il y a des fibres végétales la cellulose. Elle est très importante pour la santé. Il y a cependant d’autres legumes qui contiennent la meme matière nutritive. Si l’oignon ne peut pas être trouvé, on peut manger le choux, les amarantes, les courges,…”, explique-t-il

A part la période de sécheresse évoquée par nos interlocutrices, elles dénoncent aussi l’instabilité de la situation sécuritaire qui décourage les paysans à cultiver. Pas seulement, l’impraticabilité des routes de desserte est aussi à la base de la rareté des oignons.  


Publié le: 16/04/2018 à 13h20min08s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur