La CENCO alerte sur la nécessité de pacifier Djugu et assister les déplacés internes estimés à plus de 20 mille

Publié le: 08/05/2018 à 12h47min46s

Par Radio Moto Butembo-Beni

Le Président de la CENCO qui vient d’une mission à Bunia, dans le District de l’Ituri formule ainsi un plaidoyer. Il rappelle que la population des territoires sur lesquels s’étend le diocèse de Bunia a déjà enduré beaucoup la souffrance. « Il est temps que cela s’arrête », alerte-t-il.

Monseigneur Marcel UTEMBI TAPA a été à Bunia après son séjour en diocèses de Isiro-Niangara et Mahagi-Nioka. Monseigneur Marcel UTEMBI TAPA a parlé de cette mission au cours d’une interview téléphonique qu’il a accordée à RMBB le week-end dernier. 

« Il est temps que cette situation puisse s’arrêter, que la paix soit restaurée, la sécurité rétablie dans des villages qui avaient été incendiés pour permettre aux déplacés qui sont à Bunia de regagner leurs villages afin de les reconstruire. Cela ne peut être possible que lorsque les conditions sécuritaires seront réunies et restaurées par le pouvoir public. D’après les informations que j’ai par ci par là, on a déployé les agents de l’ordre, les militaires et évidemment, le territoire de Djugu est vaste », retrace Monseigneur Marcel UTEMBI.

Il témoigne avoir pris pitié des déplacés qui vivent dans des conditions précaires.

« En ce qui concerne les déplacés internes, ils sont très nombreux dans la ville de Bunia, en dépassant la ville de Bunia, dans la paroisse de Drodro, ils sont plus de 20 mille déplacés en allant vers Mahagi, Iga-Barrière, Fataki, Loya. Il y a encore des camps, des sites des déplacés qui se trouvent dans des conditions de vie très précaires. La misère a un visage », déplore ce prélat catholique.

Monseigneur Marcel UTEMBI TAPA encourage des structures philanthropiques qui tentent de secourir les déplacés, qui sont encore très nombreux en ville de Bunia comme en paroisse de Drodro.


Publié le: 08/05/2018 à 12h47min46s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur