Prof. MUGHANDA : « La loi électorale actuelle peut conduire la RDC vers le bipartisme, un système stable »

Publié le: 09/07/2018 à 09h59min10s

Par Radio Moto Butembo-Beni

Pour cet enseignant d’université, la loi électorale actuelle place les élections de décembre 2018 dans un contexte particulier.  Mis à part le retard connu dans son organisation, la question du seuil et de regroupement politique conduit à la diminution des candidats à cette course.  C’est l’analyse du Professeur MUHINDO MUGHANDA interrogé par la RMBB samedi 7 juillet 2018.

Pour l’analyste, c’est une bonne opportunité qui conduit la RDC vers le bipartisme, un système stable. C’est ainsi que le professeur MUHINDO MUGHANDA  croit que ces nouvelles dispositions sont opportunes.

“Il faut batter le fer quand il est encore chaud. Il ne fallait pas attendre un autre moment pour faire sortir cette loi électorale sous ce format-là. Parce qu’il ne faut pas non plus laisser le système ploitique congolais dans un immobilisme creux”, analyse-t-il.

Cet enseignant en Sciences Politiques indique que, pour les politiques congolais, le calcul devient complexe.

“Le marchandage politique diminue aussi avec. Corrompre des candidats pour former des partis satellites…Un autre aspect est celui de la légitimité populaire. Il y a des partis qui pouvaient même obtenir un ministère au sein du gouvernement alors qu’il n’a même pas de représentativité suffisante. En réalité le seuil a été place trop bas, il fallait qu’il soi place plus haut”, poursuit-t-il.

MUHINDO MUGHANDA recadre que les alliances qui sont entrain d’être faites sont  purement électorales.

“Les politiciens qn’ont qu’un objectif, à savoir conquérir le pouvoir, le gérer et le conserver le plus longtemps possible. Ce qu’on a là n’est que des plates-formes électorales pour gag,er les elections. Dès que les elections passent, chaque parti politique reprend son chemin”, explique le Professeur MUHINDO MUGHANDA.

Commentant le retard dans le dépôt de dossier, le professeur MUGHANDA pense que c’est par manque de caution. Selon ses données personnelles, les politiciens congolais restent dans le flou quant à l’effectivité des scrutins le dimanche 23 décembre prochain.


Publié le: 09/07/2018 à 09h59min10s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur