La décision de la CENI contre Beni et Butembo est moins convaincante : Mgr Sikuli PALUKU persiste et signe

Publié le: 28/12/2018 à 17h18min28s

Par Radio Moto Butembo-Beni

Dans une interview avec la presse jeudi 27 décembre 2018 à Butembo, Monseigneur SIKULI PALUKU Melchisédech  déclare que Ebola et l’insécurité ne sont pas des motifs suffisants pour priver aux électeurs leur droit de vote. L’ordinaire du lieu mentionne tout de même que la décision de la CENI suscite des interrogations pertinentes partout à travers la RDC.

« En reportant pour une date qui reste aussi hypothétique, si la maladie continue, ça veut dire qu’après on va dire que c’est à la fin de l’année ? Ça veut dire que ça ne devrait pas être une raison principale pour exclure les électeurs de cette contrée à voter. Les conséquences sont lourdes. On va élire un gouverneur, un président ; il sera président de la partie où il a été élu ? », S’interroge l’ordinaire du lieu.

A lui de mentionner que la décision de la CENI suscite des interrogations pertinentes. « Pa seulement à Butembo. A Goma, même à Kinshasa, un peu par-ci par-là au Congo, tout le monde s’interroge sur ce qui peut être derrière cette décision là, apparemment qui ne relève pas du Président de la CENI ; de prendre une telle décision sans avoir des garanties avec le nouveau calendrier qui ne pourra jamais inclure le président qui aura déjà été proclamé, les autorités provinciales… Les élections qui se feraient après serviraient à quoi ? Ça veut dire nommer seulement les maires de ville, les chefs des villages et les chefs coutumiers ? Est-ce que cela ne va pas consacrer la balkanisation ? » S’inquiète-t-il.

Occasion pour Monseigneur SIKULI PALUKU Melchisédech de condamner la stigmatisation d’une communauté tribale qui souffre aujourd’hui de l’exclusion aux élections. « Les députés qui, parfois, ont été invités particulièrement à rencontrer tel ou tel, ils ont entendu certaines déclarations qui semblaient stigmatiser, même avant le temps, même dans la campagne à Goma ceux qui sont passés là-bas. Des gens qu’on appellerait dignitaires ont fait des déclarations encore dans ce sens là pour stigmatiser une communauté. Est-ce qu’on mérite vraiment cela ? Est-ce que c’est justifié ? Surtout après tant de massacres en dépit des efforts qui ont été déployés par l’armée républicaine. Je crois qu’il ne faudrait pas en rajouter parce que malgré la situation difficile, on était prêts quand même à aller aux élections », a-t-il mentionné.

L’Ordinaire du lieu salue la solidarité dont témoignent la CENCO et d’autres confessions religieuses à l’égard du peuple de Butembo-Beni asphyxié ces jours.


Publié le: 28/12/2018 à 17h18min28s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur