NORD-KIVU : Un bilan sécuritaire négatif pour l’année 2018 en chefferie des Bashu

Publié le: 29/12/2018 à 15h51min13s

Par Radio Moto Butembo-Beni

L’année 2018  a été caractérisée par l’activisme des groupes armés en chefferie des Bashu dans le territoire de Beni. Attaques en répétition des positions de l’armée loyaliste, kidnapping des civils, assassinat des pêcheurs du coté de Kyavinyonge et autres maux ont déchirés cette entité au cours de l’année finissante.  

Radio Moto Butembo-Beni a rencontré le secrétaire administratif de cette entité à cet effet. Il appelle  par conséquent tous les habitants des Bashu à contribuer à la pacification de leur contrée. C’est dans cette logique que NZUKI SIKUMBILI demande aux détenteurs illégaux d’armes de bien vouloir se rendre. « Avec des conflits inutiles, avec des mouvements de suspicion, d’insécurité, la chefferie ne sait pas évoluer. D’ailleurs ca donne une mauvaise connotation à la chefferie, comme si c’est nous qui formions des rebelles, les mai mai. Et la renommée de la chefferie va mal. C’est pourquoi je les appelle à la raison. Si du moins on veut être militaire, si du moins on veut être porteur d’une arme, il n’y a qu’une seule voie : adhérer au forces régulières, parce que là on sait dire qu’on va aider et la chefferie, et le territoire, et la province, et toute la nation congolaise », a-t-il sensibilisé.

Parlant de la situation épidémiologique, notre interlocuteur sensibilise la population à coopérer avec l’équipe de riposte. « Si nous ne reconnaissons pas l’existence de la maladie à virus Ebola,  nous risquerons de perdre plus de gens alors que les experts nous entourent »  chute NZUKI SIKUMBILI dans une interview accordée à la RMBB en début de la semaine avant le 30 décembre.


Publié le: 29/12/2018 à 15h51min13s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur