Butembo : des citoyens qui se font passer pour déplacés de guerre

Publié le: 04/01/2019 à 10h15min30s

Par Radio Moto Butembo-Beni

L’ISPRON met en garde tous les habitants qui se font passer pour des déplacés de guerre. Cette interpellation fait suite à l’augmentation des statistiques de déplacés de guerre en ville de Butembo. En un mois, plus de 3000 personnes s’identifiant comme celles fuyant les guerres internes de RDC, se sont faites identifiées à des autorités compétentes à Butembo.

Ces chiffres ont été communiqués par l’Intégration Sociale pour la Promotion des Nécessiteux, ISPRON, structure encadrant les déplacés de guerre à Butembo. KAHINDO Marie Jeanne, coordonatrice de l’ISPRON, note que sa structure accueille toute personne qui a reçu l’aval d’un chef de cellule qui lui reconnait la qualité de déplacé de guerre. L’ISPRON se dit alors débordée par ces nécessiteux qui viennent par milliers surtout de la région de Beni. « Nous avons 632 ménages qui viennent de l’axe Beni. Les femmes sont au nombre de 414 ; les hommes, 207 ; les filles sont au nombre de 1778, les garçons 1393. Alors le total c’est 3792 personnes. Alors, quand on ajoute les anciens cas, là nous avons 1158 ménages qui sont encore à Butembo dont 716 femmes, 488 hommes, 2772 filles, 1814 garçons, et au total 5790 âmes. Alors quand on prend les anciens cas ajoutés aux nouveaux, nous arrivons dans 1790 ménages. Au total 9582 personnes », a-t-elle retracé.

KAHINDO Marie Jeanne a, par ailleurs, mis en garde d’autres personnes qui profitent de cette situation pour se faire passer pour des déplacés au près des bonnes volontés. « L’ordre de mission nous aide, mais ca ne suffit pas. Il existe beaucoup d’enfants de la rue qui arrivent ici, et les familles qui souffrent viennent se faire passer pour des déplacés et commencent à dire du n’importe quoi… Si la vie devient difficile à supporter, il faut demander à ton nom, et non à celui d’un déplacé parce que le déplacé c’est une personne qui souffre. Alors toi qui n’as jamais souffert comme lui quand tu fais ça, c’est comme une manière de te moquer de lui », a-t-elle lancé.

La responsable de l’ISPRON a enfin, rappelé aux gouvernants leur rôle de pacifier le pays pour permettre à chaque citoyen de s’épanouir dans son milieu de vie. « Que le gouvernement fasse de tout son mieux pour que notre pays soit pacifié. Puisque, quand nous avons des déplacés ici à Butembo, ce sont des personnes qui travaillaient dans leurs champs. Il y aussi des enseignants, des chauffeurs ou des maçons… Ils vaquaient à leurs occupations, mais maintenant ils chôment à cause de l’insécurité », s’est désolée  Kahindo MARIE JEANNE.

Notons que l’ISPRON fonctionne en la cathédrale de Butembo-Beni.


Publié le: 04/01/2019 à 10h15min30s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur