ITURI : Un impact négatif de la hausse du prix du carburant sur les activités de transport chez les BABILA-BABOMBI

Publié le: 11/02/2019 à 10h40min57s

Par Radio Moto Butembo-Beni

La hausse du prix du carburant a impacté sur les activités de transport en commun en chefferie des BABILA-BABOMBI dans le territoire de Mambasa en Ituri. Cette indignation est de la société civile locale qui se dit préoccupée par la non-conformité de prix de ce produit pétrolier dans cette partie du territoire de Mambasa.

Selon le président de la société civile en groupement BANGOLE, un litre d'essence qui se négociait à 1800 Francs Congolais et 2000 Francs Congolais, il y a un mois, se négocie actuellement entre 4000 Francs Congolais et 5000 Francs Congolais voire 6000 Francs Congolais dans ce groupement. KASEREKA SIBAMWENDA président de la société civile en groupement Bangole indique que la hausse du prix du carburant a entraîné également la hausse de frais de transport en commun qui a doublé.

« Par exemple la distance qui sépare Makumo de Biakato-mai, il y a environ 8 km. Le motard taxe directement environ 6000 fcs. Si tu fais le calcul, c’est une course qui ne peut pas te consommer 1 litre aller et retour », a-t-il mentionné en dénonçant le désordre qui s’observe dans la manière de vendre le carburant.

Il regrette la non conformité du prix de ce produit devenu rare ces jours dans le territoire de Mambasa. Il fustige au même moment la mauvaise foi des revendeurs qui n'arrivent pas à fixer le prix unique sur toute l'étendue de la chefferie de Babila-Babombi. Il invite ainsi les autorités à s’y impliquer pour des solutions salutaires.

« Que les autorités s’y impliquent, mais aussi qu’elles trouvent un moyen de limiter cette rigueur qu’on constate aux barrières. Parce que, quand les taximen achètent le carburant à prix élevé, ils sont aussi obligés de faire le calcul de ces 500 fcs ou 1000 fcs de barrière. Automatiquement, tu trouves que quitter Biakato en direction de Mangina ou Beni, c’est tout un problème. C’est alors la population qui en est victime. Que les autorités s’y impliquent de manière à supprimer des barrières qui n’ont aucune valeur », a-t-il lancé.


Publié le: 11/02/2019 à 10h40min57s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur