BUTEMBO : les délinquants troublent la quiétude des occupants de la Communauté Sacerdotale de LWAMISO

Publié le: 10/04/2019 à 17h46min37s

Par Radio Moto Butembo-Beni

Quelques jeunes munis d’armes blanches ont fait irruption dans la Communauté Sacerdotale de Lwamiso aux environs de 09 heures de ce mercredi 10 avril 2019. Objectif, donner un moratoire de 24 heures aux occupants du Grand Séminaire de Théologie de Vulindi et de la Communauté Sacerdotale de Lwamiso afin qu’ils délogent cette partie Nord de la ville de Butembo. Dans le cas contraire, ils annoncent, sans froid aux yeux, poser un geste que toute la communauté regrettera.

Un témoin de cette présence menaçante à Vulindi indique que ces jeunes disent revendiquer, de cette façon, la victoire du Candidat malheureux Tsongo Léon aux dernières législatives provinciales à Butembo. Ils croient que les voix de leur candidat ont été volées par un autre candidat élu qui serait proche de ceux à qu’ils demandent de quitter Vulindi.

Contacté, l’Abbé Patrick Kasolene de la Communauté Sacerdotale de Lwamiso renvoie les manifestants aux instances judiciaires compétentes pour trouver gain de cause à leur désidérata.

Le candidat malheureux Léon Tsongo accusé d’initier cette menace a aussi réagi. Abordé au téléphone, il a simplement nié la charge lui imputée et la qualifier de fonderie.

« Ça c’est un mensonge qui ne nous ressemble pas et qui ne nous ressemblera jamais. Qu’ils ne se gênent pas, qu’ils soient calmes. Qu’ils accompagnent même jusqu’à la cour leur candidat qu’ils ont soutenus », a lancé TSONGO Léon.

La police appelle les manifestants et leurs meneurs à s’apaiser et à honorer les résultats des urnes rendus publics par la CENI, mardi 09 avril 2019.

« Depuis la publication jusqu’à une certaine heure, tout se passait très bien. La police a fait la ronde du coté Sud, du coté Est, mais finalement les gens sont insatisfaits eternels. Il y a un qui est passé, un autre qui n’est pas passé, et donc ces délinquants de Furu voudraient que tous les candidats passent… Maintenant, tous les délinquants qui sont là n’ont même pas voté, n’ont même pas de carte d’électeur… Ils vont aller voter comment ? Ils sont plein là-bas qui n’ont pas de carte d’électeur, mais ils disent non, on n’a pas voté leur candidat. Qui va voter leur candidat alors qu’ils n’ont pas de carte ? », S’est interrogé Richard MBAMBI, Commandant de la PNC Butembo.

Pour l’instant, la peur est au ventre des occupants de la Communauté Sacerdotale de  LWAMISO.


Publié le: 10/04/2019 à 17h46min37s
Par Radio Moto Butembo-Beni
Partagez ce contenu sur